Skip to main content

Suzanne Dignard

Mimi et Suzanne Dignard

Le temps de Dieu auprès de Mimi

Août 2001 à janvier 2002

Partie II

Mardi 2 octobre 2001

Mimi souffre, temps de silence et difficulté dans la souffrance. Mimi vit de légères confusions et de plus le personnel semble lui aussi un peu confondu. Mimi craint la journée du lendemain et manifeste son interrogation : « Je ne sais pas si je pourrai marcher à nouveau ? »

Mercredi 3 octobre 2001

Visite à l’hôpital pour Mimi. Elle est très bien traitée.  La guérison se passe bien, plus de plâtre mais de la physiothérapie. Mimi se fait docile et accueillante envers tous ceux qui prennent soin d’elle.

À l’urgence un jeune homme manifeste un peu de panique. Il vient s’asseoir tout près de Mimi. Là il devient calme et tolérant. Mimi ne l’a pas vu. Mais, à notre départ, le jeune homme vint toucher la main de Mimi et lui dit que tout ira bien.

Celui qui avait reçu la grâce auprès de Mimi vint à son tour lui redonner les bienfaits de cette grâce.

Vendredi 5 octobre 2001

Moment difficile pour Mimi. Elle croit qu’on veut l’envoyer au deuxième étage. Deux personnes lui en ont parlé ; une préposée aux soins et une religieuse.

Mimi dit que sa chambre actuelle est belle et agréable, qu’elle voit le clocher de l’église et en est heureuse. Elle ajoute que c’est le malin qui s’en mêle. Il sait que Mimi aime cette chambre et fait tout pour lui nuire. Mais Mimi restera à sa chambre du 1er étage.

Ce que Mimi trouve aussi difficile c’est le fait que les personnes de la maison qui viennent la voir lui disent tous différemment les choses et qu’on ne lui dit pas la vérité. Ça, c’est une croix pour Mimi. De plus, lorsque des personnes se trouvent dans sa chambre, elles se parlent entre elles et ne s’adressent pas à Mimi et souvent ce que l’on dit la concerne.

L’heure du coucher de Mimi est devancée et elle en souffre à cause des difficultés à demeurer longtemps sur le dos pour dormir avec une douleur intense.

Mimi souffre dans son cœur et le combat continue : comment concilier, faire la volonté de Dieu, accepter les douleurs et souffrances, combattre le malin et accueillir les événements et les propos des autres tout en les offrant à son Bien-Aimé et en aimant chacun ; tout cela accompagné d’une souffrance constante et profonde en son corps et en son âme. Oui, c’est la nuit !

Dimanche 7 octobre 2001

Mimi marche prudemment avec des points d’appuis. Elle dit : « Le Bon Dieu m’aide. »

Une préposée aux soins dit que Mimi retrouve ses moyens, qu’elle devient de plus en plus capable, moins confuse et dort un peu mieux. Oui, l’amour de Dieu est plus fort que tout !

Il semble cependant que Mimi va trop vite. Il faut faire attention qu’elle n’appuie pas trop sur son pied. Mimi a aussi une plaie, à l’arrière talon, que l’on soigne. Elle reprend de plus en plus la maîtrise de sa situation et mange un peu maintenant. Elle porte en elle de grandes souffrances et a besoin de nos prières et de notre union à son sacrifice d’immolation.

Elle reçoit la visite de deux personnes alors qu’elle est très fatiguée et que l’heure du souper approche. Cela est un bien grand mystère de constater que Mimi souffre tellement et que c’est elle qui écoute les autres, les console, les encourage et leur donne espérance et courage.

Lundi 15 octobre 2001

Très tôt chez Mimi rencontre avec la physiothérapeute. Il nous faudra changer ses pantoufles. Mimi accepte tout et se prête afin de faciliter le travail des employés. Mais, je sais qu’elle souffre. Comment peut-elle en arriver à se tenir ainsi dans l’accueil et la compréhension des autres alors que son cœur est broyé ?

Mercredi 17 octobre 2001

La petite Valérie vient rendre visite à Mimi. Cette enfant ne peut se tenir. Elle est toujours couchée ou dans les bras de ses parents. Elle souffre beaucoup et doit subir une intervention demain. Elle ne parle pas mais sa rencontre avec Mimi est de toute beauté. En silence, elles se comprennent, se parlent et se répondent. La grâce de Dieu est ici en pleine action.

Le sourire de la Vierge – 25 octobre 2001

Dans ce temps sombre et pénible pour Mimi où tant de souffrances sont contenues en son âme, Mimi révèle qu’en ce 25 octobre, jour anniversaire des apparitions à Medjugorje, et journée de sa direction spirituelle, elle voit le sourire de la Vierge. Elle aurait bien aimé voir ses yeux. Est-ce une douce consolation dans ce temps de profonde nuit ? Une délicatesse du Père Éternel.

Difficulté de la nuit – 26 octobre 2001

Mimi se fait disputer par une infirmière qui prétend qu’elle ne cesse de la déranger pour rien durant la nuit. Mimi en est bouleversée et cherche ce qui a pu causer une telle colère. La personne qui lui fait des reproches, le fait d’une manière désagréable et méprisante. Elle menace Mimi de lui donner des pilules pour la nuit afin qu’elle ne la dérange pas.

Blessure au talon30 octobre 2001

Depuis l’enlèvement de son plâtre au pied gauche, le 3 octobre 2001, Mimi fait une plaie à l’arrière du talon. Cette plaie ne guérit pas malgré les différents soins que l’on y apporte. La plaie a le diamètre d’environ un vingt-cinq sous. La peau ne se reforme plus et la plaie est rouge vif. Voilà que le 30 octobre au matin, l’infirmière vient pour faire le pansement de Mimi et la plaie a DISPARU. Plus rien ne paraît, même pas une marque, ni de cicatrice. Le père Armand a vu la plaie quelques jours auparavant et voit aujourd’hui qu’il n’y a plus rien.