Skip to main content

Montage – section 1

Le temps de Dieu – Vers la rencontre éternelle

Et maintenant, que dire de la dernière semaine de Mimi sur cette terre !

Un jour Mimi m’a dit que si elle refusait l’offrande demandée par le Père dans sa vie, elle ne pourrait plus regarder le crucifix. Chère Mimi, tu n’as pas manqué à ton offrande et te voilà fixée sur la croix ! L’opération fut réussie mais tout ton corps est meurtri, fatigué, broyé. À partir du samedi 29 juin tu lutteras, souffriras et tu accepteras tout.

Ce jour-là alors que deux visiteurs te demandent beaucoup avec insistance, je me dois d’intervenir pour toi. Alors, au départ de cette visite, tu me dis : « Ça fait deux fois que tu viens à mon secours. » Puis, commenceront les problèmes au cœur. Chaque émotion devient une croix pénible à porter.

Dimanche, 30 juin 2002

. Le médecin se questionne sur l’état de Mimi. Il devient difficile de soigner Mimi car son cœur est si fatigué. Le soir, Armand, Guy et moi-même rendons une visite à Mimi. Elle lance quelques appels comme : Maman, j’ai soif et dit toujours à chaque soin et à chaque délicatesse : Merci beaucoup. Oui, Mimi est sur la croix et pour la première fois nous sentons qu’il se peut que ce soit ses derniers instants sur cette terre. Comment réagir à la perte d’un tel amour auprès de nous. Nous nous encourageons mais en toute vérité Mimi nous quittera bientôt…

Le lundi 1er juillet 2002. Mimi est en agonie, cœur et reins en difficulté. On tente un dernier traitement. Le père Armand indique à Mimi son état et nous sommes tous auprès d’elle ; prières, offrandes et douceur. C’est là que je reçois les derniers cadeaux de Mimi. D’abord, une pression de sa main qui me dit son amour, ensuite une toute petite phrase alors que le père Armand lui signale ma présence : Je lui dis que je l’aime et elle me répond : « Et moi donc ! » comme lorsque je la quittais chez elle. Merci Mimi pour cette présence d’amour qui réconforte encore mon cœur. Puis, enfin Mimi se repose.

20ième anniversaire de l’Alliance.

Aujourd’hui, 1er juillet 2002. Fête du Précieux Sang.

Mimi est toujours aux soins intensifs chirurgicaux et son état devient difficile et complexe. En avant-midi, le père Armand entend d’une infirmière que les reins de Mimi sont en difficultés et que les poumons s’affaissent.

Vers 13hres30, le père Armand rencontre le Dr. Blair qui lui indique clairement l’état de Mimi : les reins ne répondent plus, l’eau s’accumule en son corps et ses poumons, le cœur cause aussi problème. Il dit être à la limite du possible. Il conseille au père Armand de voir Mimi et de téléphoner aux personnes qui doivent la voir. Il attendra la visite de la chirurgienne Dr. Érika afin de mesurer les actions à prendre.

Le père Armand prévient le père Guy de l’état de Mimi. Celui-ci vient se joindre au père Armand ainsi que moi-même.

Mimi est souffrante, très consciente et lucide. Son visage est très beau, elle accueille le père Armand qui lui parle de son état il la bénit et lui donne une parcelle d’hostie. Il lui indique aussi combien on prend soin d’elle et la rassure sur la présence qui est auprès d’elle. Il lui signifie qu’il doit la mener à la croix.

Mimi regarde son directeur spirituel et accepte tout. Elle répète souvent : « Merci beaucoup. » Le père Guy va auprès de Mimi. Il dit la prière du don total auprès d’elle et lui signifie son amour.

Aux environs de 15hres30, le Dr. Érica vient rendre visite à Mimi. Elle est particulièrement touchée car elle aime beaucoup Mimi. Elle propose un médicament liquide qui permettrait peut-être de débloquer les reins. Elle vient saluer Mimi et la rassure sur les soins qu’on y apporte.

Mimi demande souvent à boire et nous tentons de la soulager un peu. Je suis aussi près d’elle et ensemble nous vivons un certain apaisement.

Dans la petite chambre le temps est au recueillement et à l’offrande. La petite victime d’amour Mimi arrive au point ultime du don total de sa vie. C’est elle qui nous unit dans cette chambre, dans la prière et dans la grâce que le Père Éternel offre. Mimi sait très bien qu’aujourd’hui c’est la fête du Précieux Sang de Jésus et anniversaire de l’Alliance. C’est dans l’esprit de ces temps de Dieu qu’elle vit sa douleur avec amour. Vers 16hres30, nous laissons Mimi se reposer et les médicaments faire leur effet. Temps de repos et de partage entre nous. Nous nous abandonnons à la volonté du Père Éternel et chacun prend soin des autres comme Mimi le fait si bien.

Vers 18hres le père Armand rend une visite à Mimi qui repose bien. Les médicaments ont un certain effet. Le père Guy et moi retournons à la maison et le père Armand fera sa garde à l’hôpital. Union de prières et repos.

En soirée, le père Armand verra Mimi. L’effet des médicaments a diminué un peu. Mimi appellera quelques fois ; « maman ». Le père Armand dit à Mimi : « Tu te souviens Mimi, un jour tu m’as dit : « Tu devras me conduire jusqu’à la croix », c’est maintenant. » et Mimi de répondre : « Oui, c’est ça. »

1er juillet 2002 – Soir.

Plus près de toi mon Dieu

Prière au Père Éternel.

Père Éternel je viens te confier ta petite victime d’amour dans la souffrance, Mimi petite maman bénie, cadeau du ciel.

Vois son offrande de chaque instant, de chaque battement de cœur. Elle se donne totalement à toi dans une offrande inestimable et totale. Elle a accepté de tout t’offrir, de te dire OUI, d’accomplir ta volonté, dans une Foi PURE. Elle vit maintenant cette fusion d’amour d’une fécondité sans mesure pour l’humanité. Étendue sur la croix avec son Bien-Aimé, ta petite servante accomplit sa mission avec ferveur et courage.

Aujourd’hui 1er juillet 2002, c’est le vingtième anniversaire de la marque de L’ALLIANCE en son corps. Ce signe merveilleux que tu lui as accordé afin de sceller votre amour. Je te demande bien humblement de manifester ton amour de manière particulière en ce jour. Oui, comme un enfant aimé de toi, j’ose te demander cette grâce. C’est dans la confiance et l’abandon que je porte cet élan vers toi. Mais, comme dit si bien Mimi, que ce soit selon le temps de Dieu et sa volonté. Mimi dit toujours que tu es là le premier à aimer, et je le crois. Alors tu connais tout de l’état de Mimi et je crois que tu es tout près d’elle dans une communion que je ne peux saisir tellement elle est grande. Je te dis merci, Père Éternel, pour cette présence de chaque instant.

Je te prie d’être tout près de ses fils spirituels afin qu’ils puissent réconforter, éclairer et bénir Mimi, leur mère spirituelle bien-aimée. Inspire les médecins et que tout soit selon ton agir au temps de la douleur et de l’offrande de ta petite servante d’amour.

De toute éternité Tu as prévu ce temps dans la vie de Mimi. De toute éternité ton amour lui est assuré. Nous sommes bien petits devant une telle grâce ! Donne-nous de signifier ta tendresse à Mimi et de reconnaître que le silence à vivre devient le lieu de ta rencontre auprès de ta bien-aimée Mimi. Merci d’avoir écouté ma prière.

Petite fille spirituelle de Mimi par la miséricorde du Père Éternel, Suzanne

Le mardi 2 juillet. Mimi s’approche de son éternité. Le père Armand vit auprès de Mimi les instants d’offrande totale en sa mission et le père Guy célèbre l’Eucharistie à laquelle j’assiste. Puis nous allons vers Mimi. Dernière prière : « Au moment de notre union parfaite » dite par le père Armand. Quelques temps d’encouragement de Mimi au Dr. Ayoub. Mimi se recueille dans le silence de son amour afin de vivre sa mort, tendue vers le regard du Père Éternel. Elle ferme les yeux, et comme l’enfant dans la naissance crie son premier respire, Mimi crie vers le Père Éternel mais, nous ne l’entendons pas. Ici tout est silence… Déjà son cri est dans l’éternité, son premier appel à son Père Bien-Aimé.

2 juillet 2002 à 18 heures 10 minutes

Mimi meurt à ce monde et s’éveille au monde du Père Éternel.

Merci mon Dieu !

Merci de tout notre cœur et de toute notre âme !

Je me retrouverai devant Mimi environ une heure plus tard. Je rendrai grâce à Dieu pour sa vie, lui offrant aussi ma peine. Je promettrai à Mimi de prendre soin de ses deux fils spirituels et je lui demanderai de m’aider.

« Seigneur le soir vient et ta Providence à fait son œuvre. De toute éternité, tu avais prévu ce temps d’amour total de Mimi que tu accueilles sur ton cœur. Béni sois-tu et prends pitié de nous pauvres et orphelins. »

Le 5 juillet 2002. Mimi sera exposée à la résidence de la Maison Saint-Joseph. Les visiteurs la trouvent très belle et la prient avec recueillement et amour. Je sais que Mimi nous aide et nous soutient dans ces instants à la fois de douleur et de joie pour elle. Ce qui me frappe le plus, c’est la délicatesse des pensionnaires de la maison qui attendent presque la permission de venir vers Mimi. J’irai en chercher quelques-uns pour les conduire vers Mimi. Leur attitude inspire le respect et la dignité. Je sais que déjà Mimi les soutient et les regarde avec amour.

Le 6 juillet 2002. Funérailles de Mimi. Une heure avant le service, plusieurs personnes sont déjà présentes et prient le chapelet. En arrivant à l’église, je vois déjà comment Mimi conduit au Père et aide à grandir dans la foi. J’aurai le bonheur de dire le beau texte de Saint Paul : L’hymne à la fraternité qui convient si bien à la vie de Mimi. Douze prêtres comme les douze apôtres concélèbrent en présentant à Dieu sa petite servante. Le père Guy célèbre avec cœur et amour. Son chant monte vers Dieu comme un hymne d’action de grâce pour l’offrande de Mimi. Le père Armand nous dira tout l’amour dont son cœur est chargé, se livrant au Père par l’offrande du serviteur, porteur de Dieu en la vie de Mimi.

Père Éternel, entends le chant de ma reconnaissance pour ta présence entière au cœur de Mimi. Fils Jésus Christ reçois l’acclamation de mon cœur pour ta communion auprès de Mimi. Esprit Saint accueille la joie de mon âme pour ta lumière en Mimi. Maman Marie chante avec moi alléluia pour l’œuvre de Dieu par l’offrande de Mimi. Un jour Mimi, tu m’as dit : « C’est ton âme que j’aime. » Il m’a semblé alors que se vivait en moi une nouvelle naissance, que la source de mon baptême jaillissait à nouveau, que le Père Éternel et m’appelait à toujours son enfant. Chère Mimi dans le silence de ton amour, tu as prié pour moi, sans jamais me blesser tu as forgé mon âme à recevoir la grâce de mon Père Éternel. En vivant auprès de toi j’ai découvert que mon cœur pouvait encore grandir et mon âme se purifier afin de s’offrir à la gloire de Dieu et à la charité d’ici-bas.

À deux reprises, j’entendis des doutes sur l’état de Mimi à la fin de sa vie.

Pourtant…

Le 23 mai 2002 à l’hôpital, alors que les médecins cherchent d’où vient la perte de sang chez Mimi, elle me dit : « La souffrance de Dieu, les hommes ne la voient pas. »

Aujourd’hui, je repense à cette phrase. Je me dis que Mimi souffrait et vivait la passion de Jésus. Comment trouver en elle les raisons de sa douleur et de sa souffrance ?

Les examens du cœur n’indiquaient aucun danger pour l’opération, pourtant son cœur était très usé et malade. Les conditions pour l’opérer étaient bonnes aux yeux humains, l’opération fut une réussite, et pourtant ! Les chemins de Dieu ne sont pas nos chemins. Le Père Éternel avait dit à Mimi d’accepter l’opération alors, le temps de Dieu et la volonté de Dieu se sont manifestés. Le raisonnement humain ne trouvera pas sa réponse, et c’est bien ainsi !

Donc, à tous ceux et celles qui croient que Mimi n’aurait pas dû être opérée, il leur faudrait revenir au sens de la vie et de l’offrande de Mimi. Regarder avec les yeux de la foi et accepter que le Père Éternel a choisi de toute éternité ce chemin pour manifester son amour et accueillir sa petite servante. Elle vivait en elle la passion du Christ. Elle était fixée à la croix. Qui pourrait avec un raisonnement humain comprendre et analyser l’état de Mimi.

Accepter cela comme un cadeau que nous recevons dans l’offrande de Mimi afin de mieux saisir et l’offrande de Mimi identifiée au Christ et la volonté du Père accueillie par Mimi en une fusion totale d’amour.

Mimi nous a souvent dit d’accepter de vivre la volonté du Père par amour pour lui et pour sauver des âmes. Mimi vivait pleinement cet état et ce n’était pas que des mots.

« La souffrance de Dieu, les hommes ne la voient pas. »

Voilà ! Dans les derniers jours de sa vie, Mimi était fixée à la croix. C’était l’Alliance parfaite, c’était la fusion de sa volonté à celle du Père. Donc, totalement unie, au corps et au sang du Christ. Mimi devait donc partir car, sa vie humaine n’aurait pu supporter l’étreinte de l’amour qu’elle vivait alors.

Un jour Mimi m’a signifié que Jésus lui avait révélé : « Il ne sera pas dit que je suis mort de la main humaine. C’est du trop-plein d’amour de mon cœur que je suis mort. » Mimi me fait cette remarque : « C’est en accomplissant la volonté d’amour du Père et par amour pour les hommes que Jésus est mort. »

Mimi identifiée totalement à la passion du Christ, offerte comme victime d’amour dans la souffrance, en fusion de sa volonté à celle du Père, vivait cela. Et cela était la totalité de l’amour qui entrait au ciel auprès de Dieu !

« La souffrance de Dieu, les hommes de la voient pas »

Ce que MIMI me dit aujourd’hui :

« Je suis là ma petite fille, tout près de toi. Tu ne me vois pas, ne me touche pas mais, je te tiens tout contre mon cœur.

Offre-toi avec abandon sans inquiétude, dans la paix. Merci pour ta prière.

Je prends soin de mes deux fils prêtres. Prie pour eux. Prie avec ton cœur. »

Fête de Mimi- 87 ans 8 juillet 2002.

Action de grâce pour la vie de MIMI.

Père Éternel, de toute mon âme je te rends grâce pour la vie de Mimi et ton œuvre en elle. Par ta douce petite Mimi, ton amour infini est venu jusqu’à nous. Chaque instant de sa vie, en chacun de ses souffles, Mimi a tout offert pour ta plus grande gloire et le salut des âmes.

Béni sois-tu Père très grand pour ce joyau de ton amour !

En union parfaite aux souffrances de son Bien-Aimé Jésus, offerte comme victime de l’amour dans la souffrance, Mimi t’a livré son âme, son cœur et son corps. Étendue sur la croix, elle te rendait grâce pour ce don d’amour ; merci pour sa confiance, son abandon, son humilité et son ardeur à t’aimer.

Béni sois-tu Père très saint pour ta petite servante !

– Merci au Père très aimant pour ce « bonjour ! » de Mimi qui déjà réconfortait nos cœurs.

– Merci pour sa prière « Père Éternel pose ta main sur ton enfant ».

– Merci pour ce regard qui faisait vivre en nous ta présence.

– Merci pour ce sourire de qui nous nous savions aimés.

– Merci pour ces échanges de cœur à cœur qui ont changé des vies.

– Merci pour toutes les croix portées par Mimi afin de nous approcher de toi.

– Merci pour l’Eucharistie, amour reçu, amour donné au quotidien de sa vie.

– Merci pour ces rencontres où Mimi savait si bien ouvrir les âmes à ton amour :

« Dieu aime toujours le premier. Il est là avant nous. Il nous inonde de sa miséricorde et de son amour, à son heure, et de toute éternité. Tu es son enfant bien-aimée, Il t’aime d’un amour infini. » Voilà ce que disait Mimi.

-Merci Père pour cette petite maman qui nous a appris à te dire MERCI !

Bonne Fête chère MIMI !

Chère petite maman bénie de Dieu ! Aujourd’hui, sur terre tu aurais eu 87 ans… Aujourd’hui en ton éternité, tu as 6 jours déjà ! Oui, Mimi, 6 jours déjà que tu nous manques ! Ton absence visible est bien lourde à porter et nos cœurs ressentent une immense peine. Nous t’aimons tellement ! Maintenant, toi tu nous aimes avec l’abondance du cœur du Père Éternel.

Cependant, en nous chante une douce et belle joie ; celle de te savoir auprès de ton Bien-Aimé, sur le cœur du Père Éternel et dans la joie de maman Marie.

Quelle fête au ciel ! La petite servante du Père Éternel, offerte comme victime d’amour dans la souffrance, arrive pour son éternité ! Que le chœur des anges chante, que les saints se réjouissent et que Dieu fusionne totalement son amour avec toi chère Mimi.

Un jour, tu m’as bien dit qu’au ciel tu porterais encore la croix. J’en fus un peu saisie et je t’ai dit : « Ah ! Oui ! » Et puis tu m’as regardée avec amour en me disant doucement : « Ce sera la croix glorieuse ! »

Mimi, je suis si heureuse de la célébration eucharistique pour ton arrivée au ciel. Tant de personnes sont venues prier avec amour et une couronne de prêtres pour te présenter à Dieu. Tes deux fils spirituels te livrant au Père Éternel avec un amour sans réserve, dans le don total, forts de la grâce du sacerdoce.

Oui, Mimi, nous avons réalisé à quel point tu étais bien fixée sur la croix pour la gloire du Père et pour sauver des âmes. Nos âmes ont rendu gloire à Dieu pour ton offrande et l’humanité déjà est riche de ta belle prière.

Bonne Fête éternelle ! Chère petite maman bénie et aimée ! Ta petite fille qui t’aime et t’aime encore. Mimi répond : « Et moi donc ! »

Suzanne

Vendredi 9 août 2002.

Trente-huit jours déjà que MIMI a quitté cette terre pour aller vers le Père Éternel vivre son éternité bienheureuse ! Il est encore difficile de supporter son absence sur cette terre. Mon cœur est plein de souvenirs heureux : situations, paroles et attitudes de Mimi qui toujours font grandir l’amour. En moi tout est là bien présent et les mots deviennent faibles pour signifier toute la beauté de la vie de Mimi là où j’en fus témoin. Je garde cette richesse inestimable et mon cœur médite en silence. Je sais, je suis témoin d’une grande grâce du Père Éternel et je souhaite livrer ce don par ma vie. Allez mon cœur, ouvre-toi afin que cette source vive offre sa fraîcheur, son parfum et sa richesse.

Mimi s’offre pleinement à nos vies et nous guide avec amour sur le chemin du don total. Oui, Mimi est plus forte que jamais et elle prend soin de ses enfants dans une prière constante et pure auprès de Dieu. Je sais qu’elle nous porte tous contre son cœur et que par la croix glorieuse, elle sollicite pour nous la protection de Dieu.

2 juillet 2005

Chère Mimi,

Il y a trois ans aujourd’hui, tu livrais le grand combat ; celui de l’ultime don de ta vie. Ton âme totalement tendue vers le Père, tu t’abandonnais à sa volonté. Dans le silence de ton cœur, chaque instant, plus près de toi mon Dieu !

En ce 2 juillet 2005, mon âme chante ma joie de te savoir auprès de ton Bien-Aimé Jésus. Combien de mercis tu dois signifier à celui que ton cœur aime. Et pourtant, je sais que tu veilles sur nous. Tu nous conduis toujours au Père Éternel avec tendresse et amour.

Aide-nous, chère Mimi, à répondre avec amour et générosité à l’invitation constante de Dieu en nous. Prie afin que nous demeurions fidèles à ce beau mystère de la grâce. Sois notre petite veilleuse, notre soleil, notre brise au matin de la visite de ton Bien-Aimé en nous. Apprends-nous la prière du cœur.

Chère Mimi, avec toi, nous prions le Père pour tous tes protégés ; ceux et celles qui auprès de toi ont reçu des grâces par ton offrande de chaque instant. Que les malades, les pauvres, les affligés, les angoissés, les méprisés et les enfants de ta vie soient aujourd’hui reçus dans le cœur du Père Éternel.

Que ton souvenir ne soit pas une nostalgie douloureuse mais une petite lumière pour éclairer nos âmes. Je t’aime ma belle Mimi et je sais que dans ton éternité toi aussi tu nous aimes et chaque jour où nous te disons que nous t’aimons, dans notre cœur, nous entendons, comme une douceur bienheureuse : « Et moi donc ! »

Garde-nous tout près de toi dans le cœur du Père Éternel !

Ta fille qui remercie chaque jour le Père Éternel de t’avoir connue dans l’intimité de ton offrande d’amour.

Suzanne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *